Faut-il un diplôme de chimiste pour faire sa lessive maison ?

La réponse est non ! En fait c’est même hyper simple et vraiment pas cher. On sait également ce qu’on met dedans (adieux parfums de synthèse, perturbateurs endocriniens et autres composants fort sympathiques qu’on adore se coller sur la peau) tout en privilégiant des ingrédients de qualité, fabriqué en France de préférence (pas de savon cheap made in China) et on se lance.

L’équipement de base est simple :

  • 1 bidon vide de lessive ou des bouteilles vides (à gros goulot) de jus de fruits
  • 1 râpe à fromage pour râper le savon
  • 1 casserole
  • 1 cuillère
  • 1 balance de cuisine
  • éventuellement pour les pas très adroits (comme moi) un entonnoir

Je fais aussi bien de la lessive en poudre que de la lessive liquide. En fonction des ingrédients qu’on y met, l’une sera plus adaptée pour le blanc, l’autre sera multi-usages.

La lessive liquide

J’ai adopté la recette ultra simple de ma copine Jøh, admin du groupe de zd sur lequel je suis, qui contient 2 ingrédients… Oui vous avez bien lu, seulement 2 ingrédients ! Pour réaliser votre lessive, il vous faudra donc :

  • 3 L d’eau
  • 30 à 45 g de savon de Marseille râpé

La préparation est ultra simple, vous mettez l’eau à bouillir, quand c’est le cas vous versez le savon râpé et vous mélangez avec une cuillère jusqu’à ce que le savon ait fondu. Ensuite vous enlevez la casserole du feu, vous laissez refroidir et vous versez la lessive dans son contenant, sans remplir jusqu’en haut. C’est essentiel car en fonction du lieu (et des températures) de stockage, elle peut se solidifier. Il faut donc laisser un peu d’espace pour pouvoir secouer la bouteille/le bidon si nécessaire. En terme de quantité, je mets l’équivalent d’un petit verre pour une machine pleine de 8 kg.

Si vous lavez régulièrement du blanc, vous pouvez rajouter directement du bicarbonate de sodium (1 cuillère à soupe) dans le tambour à chaque machine. Certain/e préfère l’ajouter directement dans la lessive, ce qui est possible : dans ce cas, il suffit d’attendre que la lessive ait refroidi pour y ajouter 50g de bicarbonate. Et pour les adeptes du lavage des draps à 60° et plus, remplacez la cuillère de bicarbonate par du percarbonate de sodium dans le tambour (en dessous de 60° cela ne vaut pas le coup, le percarbonate réagit bien uniquement à une température élevée).

Moi en grosse paresseuse minimaliste niveau produits ménagers, je fais la recette ultra basique, donc ma lessive, pour faire simple c’est de l’eau savonneuse !

La lessive en poudre

Je me suis d’abord mise à la lessive maison avec de la lessive en poudre, car je trouvais plus simple de ne rien à faire bouillir. Je me suis inspirée de la recette d’Happypotam que j’ai simplifiée. Je vous en donne les proportions :

  • 100g de savon de Marseille râpé
  • 50g de bicarbonate de soude
  • 25g de cristaux de soude

Il suffit de râper le savon de Marseille, de mettre dans le mixer le savon, le bicarbonate et les cristaux de soude, de mixer 15-20s, et c’est prêt. Je mets 2 cuillères à soupe pour une machine à laver pleine de 8 kg.

J’en ai d’abord fait un petit pot avec un bloc de 400 g de chez Marius Fabre et personnellement j’ai adoré cette lessive. Donc quand j’en ai refait, j’ai acheté un bloc de 600 g dans l’idée d’en faire plus. Et là grosse déception. Déjà le savon était beaucoup plus mou au centre, je l’ai donc râpé, puis laissé sécher pendant 15 jours. Après avoir mixé sans soucis, je l’ai utilisé comme d’habitude. Autant le linge est nickel propre, autant par contre il me reste du savon aggloméré dans le bac à lessive. J’ai donc pour l’instant arrêté de m’en servir, n’ayant pas envie d’y laisser ma machine. Je vais refaire un test avec un bloc de 400g qu’il me reste et j’actualiserai cet article après l’avoir testé à nouveau.

Le bicarbonate de soude, le percarbonate de sodium, les cristaux de soude

On les retrouve régulièrement dans les recettes maisons de lessive. Pour faire simple ces 3 là sont issus du carbonate de sodium et ont chacun une utilité dans le lavage de votre linge.

  • Le bicarbonate de soude ou de sodium, c’est le multi-usages qui sert à tout. Pour le linge il sert d’agent blanchissant, de désodorisant et peut même aider à raviver les couleurs sombres.
  • Le percarbonate de sodium est plus « costaud », c’est LE détachant désinfectant par excellence pour le linge blanc/clair. Malheureusement son efficacité est très limité pour le linge foncé, il peut même ternir les couleurs. Il réagit au contact de l’eau à 60° (partiellement à partir de 40°) et produit alors de l’eau oxygénée + des cristaux de soude. A utiliser pour les draps et les couches lavables.
  • Les cristaux de soude décrassent (quasiment tout) ! En l’ajoutant à la lessive on fait d’une pierre deux coups : les cristaux décrassent aussi bien le linge que les canalisations de la machine à laver. A utiliser avec parcimonie, une petite dose suffit largement.

Les 3 peuvent indifféremment être ajoutés à la lessive, soit dans la bouteille, soit à chaque machine dans le tambour. Là encore, à utiliser en petite quantité (1 cuillère à soupe suffit) et à tour de rôle ou en ciblant un problème précis. Le percarbonate produisant des cristaux de soude, il n’y a pas d’intérêt à mettre les 2 en même temps dans sa lessive / machine. J’ai arrêté de mettre du percarbonate dans ma lessive, car comme je lave à 30°, et qu’il ne réagit (partiellement) qu’à partir de 40°, et bien ça n’avait aucun intérêt.

Le savon de Marseille

100.000 fois copié et recopié, le savon de Marseille n’a malheureusement pas d’appellation contrôlée, ce qui veut dire que n’importe quelle tambouille peut se retrouver estampillée Savon de Marseille. C’est malheureusement ce qui se produit, et une quasi majorité des savons vendus comme étant « de Marseille » sont fabriqués ailleurs qu’en France.

Alors à quoi fait-on attention sur l’étiquette de son savon de Marseille ?

La recette « traditionnelle » est préparée avec de l’huile d’olive. On évite à tout prix l’huile de palme, ce fléau écologique. L’huile de coprah reste acceptable, mais issue de la noix de coco, son indice carbone est loin d’être bon, sans compter les maltraitances sur les singes dressés à aller cueillir lesdites noix. Le savon de Marseille se décline en 2 couleurs : le vert (olive et coprah mais peut contenir de l’huile de palme) et le blanc (palme). Il doit contenir au moins 72% d’huile. Le blanc est souvent recommandé pour faire sa lessive, personnellement, je trouve le vert tout aussi efficace, et aucune appréhension à avoir, ce n’est pas parce qu’il est vert qu’il laisse des traces. Méfiez-vous des mentions « huiles végétales » qui cachent en général de l’huile de palme et regardez l’étiquette de votre savon, même s’il est vert… ça vous évitera de vous retrouver avec une barre de 2 kg de savon de Marseille vert avec de l’huile de palme (et oui, je me suis moi aussi faite avoir comme une bleue).

Il y a 4 savonneries dans les environs de Marseille qui commercialisent des savons dits de Marseille, en respectant un certain cahier des charges (ça n’empêche pas l’huile de palme malheureusement) :

  • la Savonnerie du Midi (La Corvette)
  • la savonnerie artisanale Le Sérail
  • la savonnerie Le Fer à Cheval
  • la savonnerie Marius Fabre

Les huiles essentielles

De nombreuses recettes de lessives sur le net contiennent des huiles essentielles (souvent lavande, tea tree ou menthe poivrée). Je n’en utilise aucune dans ma lessive. La raison principale est simple : un lavage au dessus de 25° dégradera complètement l’huile essentielle. Comme je lave à 30°, c’est tout vu. Donc à part pour que ça sente bon à l’ouverture du bidon, les huiles essentielles n’ont aucun intérêt dans votre lessive.

Sans compter que la plupart des ingrédients (exotiques) des HE viennent souvent de loin (bonjour l’indice carbone), que leur fabrication demande une énorme quantité de matière première et qu’elles sont nocives pour de nombreuses personnes (femmes enceintes, bébé, jeunes enfants, personnes allergiques…).

Prix de la lessive maison

A titre informatif, un savon de Marseille à l’huile d’olive de 600g Marius Fabre coûte environ 5€, 1 kg de bicarbonate dans les 3,5€ et il vous faudra débourser la même somme pour 1 kg de cristaux de soude. Bref, pour 12€ vous avez de quoi vous faire de la lessive pour plus de 6 mois. Intéressant, non ?

Avantages / Inconvénients de la lessive maison

Personnellement je n’y vois que des avantages : pas chère (compter 1/3 de votre budget lessive habituel même en investissant dans un savon de qualité), facile à faire, saine, efficace… Le seul inconvénient (ultra mineur en ce qui me concerne) c’est que le linge ressort sans odeur… Pas d’horrible agréable senteur de printemps/de fleur/de lavande… Le linge ne sent rien du tout.

Alors motivé/e pour s’y mettre ?

1 thought on “Faut-il un diplôme de chimiste pour faire sa lessive maison ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *