balance ta pub

Combattre la pub, un exercice au quotidien

Pour moi, il est certain que plus j’avance dans le zéro déchet, et plus mes centres d’intérêt (et ma consommation!) changent. Je travaille depuis des années dans le marketing, il va sans dire que je suis rodée aux techniques en tout genre pour nous vendre encore et toujours plus de trucs pas toujours nécessaires, voir carrément inutiles. Même si j’ai adoré faire du shopping et consommer beaucoup (trop), ce ne sont pas forcément la pub et les promotions qui en étaient la cause principale, mais il n’empêche que j’ai souvent acheté des trucs et des machins après avoir vu une pub ou reçu une newsletter.

Depuis quelques temps, la publicité m’horripile encore plus qu’avant, j’ai donc décidé de lancer un grand nettoyage, histoire d’éviter ces achats inutiles ou du moins la tentation que la pub peut engendrer. Voici une petite liste de ce que j’ai mis en place :

  • Le stop pub sur la boîte aux lettres qui nous évite chaque année environ 30 kg de prospectus qu’on ne regarde de toute façon jamais, comme on ne va pratiquement pas dans les magasins. Pour la petite anecdote, un jour notre étiquette stop pub s’est décollée (après une grosse averse) et on ne s’en est pas rendu compte le jour même. Le livreur de prospectus s’en est donné à cœur joie, avec 3 jeux de prospectus, il nous a rempli la moitié de la boîte aux lettres en une fois. On a bien compris le message et on a collé une nouvelle étiquette dès le lendemain. Maintenant on en a une d’avance et on surveille l’actuelle, histoire de ne pas revivre la même mésaventure une seconde fois.

 

  • On n’a plus de télé, ça fait maintenant neuf ans, et on ne s’en porte pas si mal 😉 On est passé aux émissions en replay, on évite ainsi toutes les pubs. Et les rares fois où ils nous arrive de regarder un film en direct, je suis toujours effarée de la durée des pubs, souvent toutes plus niaises les unes que les autres, et du nombre de fois où le film est coupé pour qu’on en reprenne une couche.

 

  • MonJules m’a installé un bloqueur de publicités qui fonctionne plutôt bien, et je quitte les sites qui ne m’accepte pas si je ne le désactive pas.

 

  • Je me suis désabonnée d’une quantité astronomique de newsletters auxquelles je ne faisais même pas attention. Le fait d’être constamment dérangée par un nouveau mail (une pub) était devenu oppressant. J’ai donc fait un grand ménage en plusieurs étape : je me suis d’abord désinscrite de toutes les newsletters qui tombaient directement dans mes spams. J’ai ensuite fait le tour de ma boîte mail et je me suis désinscrite de toutes les newsletters qui ne m’intéressaient pas/plus. Pendant les jours qui ont suivi, j’ai continué à me désinscrire des nouvelles newsletters qui ne m’intéressaient pas, et j’ai passé en spam toutes celles qui continuaient d’arriver, même après 2-3 désinscriptions. Suite au Black Friday et à l’horrible battage publicitaire qu’il a généré cette année, j’ai encore refait un tour encore plus drastique. Je n’ai finalement conservée que 4-5 newsletters, sur des sujets et produits qui m’intéressent vraiment. Conclusion : je respire ! Je n’ai pratiquement plus que des mails d’amis ou des lettres d’information qui m’intéressent et que je prends le temps de lire, alors qu’avant tout était noyé dans la masse. J’ai réduit mes dépenses impulsives qui étaient principalement liées aux promos dans ma boîte mail et honnêtement je n’en suis pas malheureuse. Cerise sur le gâteau, en réduisant drastiquement le nombre de mails dans ma boîte mail, c’est le stockage énergivore de ces données que je réduit aussi !

 

  • J’ai désinstallé toutes les applis commerciales sans rapport avec les achats d’occasion (Leboncoin), les ventes d’invendus (Too Good to Go) ou les dons (Ruecup) de mon smartphone. Finies les notifs pour tout et rien. J’ai également envoyé un stop spam/stop pub en réponse à tous les sms de pub reçus régulièrement. J’en ai profité pour virer tous les anciens sms à caractère commercial qui encombraient encore ma boîte de réception.

 

  • J’ai arrêté de suivre les pages commerciales de marques sur Facebook et Instagram, à l’exception de 2 marques qui fabriquent en France.

 

  • Il me reste à faire des demandes écrites (l’envoi de mail n’ayant pas donné de résultats probants) aux quelques marchands qui m’envoient encore des pubs papiers par courrier (Yves Rocher, si tu lis ce billet…).

 

  • Je signale les entreprises (agences immo et restos à pizza pour la plupart) qui continuent à glisser en douce leurs prospectus dans ma boite aux lettres, sans respecter mon stop pub, sur le groupe local Balance Ta Pub Strasbourg sur Facebook, une manière ludique de faire remonter auxdites sociétés que leurs pubs m’ennuient profondément. Pour que ce soit efficace, je notifie leur page facebook, et quand ils m’ont bien énervé – genre la dernière fois j’ai trouvé 20 (!!!!!) fois le même prospectus pour l’ouverture de je ne sais quel nouveau resto dans mon quartier – je leur colle un avis négatif en cadeau sur leur page d’entreprise.

 

  • Je continue de refuser poliment mais fermement tous les prospectus, flyers et goodies (petits échantillons) qu’on essaye de me refourguer à la descente du bus ou sur le chemin du boulot. Un grand sourire, couplé à un « bonjour, mais non merci » avec la main qui fait signe que non, c’est radical.

Voilà, je pense avoir fait le tour de ce que j’ai mis en place ici. Assez simple, absolument pas coûteux, et plutôt efficace. Et vous, avez-vous d’autres astuces qui marchent pour réduire l’impact de la pub sur votre quotidien ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *